“A la fin, quand vous ferez le compte, il y aura moins de cas que de grippes l’année dernière ou l’année d’avant” explique le professeur dans un entretien exclusif à BFMTV.

Original